Non seulement la levée de fonds permet à la PME de diversifier ses financements et de garantir son indépendance financière, mais elle constitue la pierre angulaire d’une stratégie de croissance offensive.

Un principe élémentaire de bonne gestion

Diversifier les sources de financement est un principe élémentaire de bonne gestion qui permet de mieux répartir les risques et, ce faisant, d’atteindre une plus grande performance. La diversification est à la fois un ingrédient essentiel de l’indépendance financière de l’entreprise et le moyen pour elle d’adapter les moyens de financements à chaque besoin ou étape de son développement (création d’une capacité de production supplémentaire par l’acquisition de nouveaux matériels, orientation vers de nouvelles activités, réalisation de gains de productivité…).

Compléter les financements classiques

Autre versant de la diversification, le recours à la levée de fonds est souvent un moyen pour les PME de compléter les financements classiques.

Quand ils ne sont pas réservés à certaines startups (subvention ou prêt d’amorçage) ou aux grandes entreprises (private equity), ces financements présentent en effet certaines limites. Première d’entre elles, ils ne couvrent qu’imparfaitement les besoins. Selon Paris Europlace, les besoins en fonds propres des PME et ETI pourraient ainsi atteindre 20 milliards d’euros d’ici 2020 : les financements classiques peinent à combler ce besoin et les PME doivent se tourner vers des acteurs alternatifs. Puis, si les conditions du crédit se sont assouplies de manière générale, elles demeurent restrictives, en particulier pour les PME comme le rappelle un rapport de l’OCDE.

Un enjeu de valorisation et d’internationalisation de l’entreprise

De plus, le financement des PME n’est pas toujours orienté long terme ou fléché pour valoriser l’entreprise dans la durée. D’où la nécessité d’une meilleure complémentarité entre le financement bancaire, notamment, et ses alternatives.

L’Observatoire du financement des entreprises ne dit pas autre chose dans son rapport de 2015 : « Pour ne pas déséquilibrer leur structure financière, ces entreprises ont en effet également besoin d’ouvrir de façon plus fréquente et/ou plus prononcée leur capital. » Si une partie des PME françaises souffre toujours d’une décote structurelle par rapport à leurs concurrentes allemandes, c’est en partie parce qu’elles sont moins tournées vers l’international.

Or, la capacité à mobiliser les différents leviers de financement et à autofinancer ses démarches d’exportation s’avère déterminante pour réussir sa croissance à l’international. En venant renforcer le haut de bilan, une levée de fonds constitue la pierre angulaire d’une stratégie de croissance offensive.

La levée de fonds PME : un outil de communication

Enfin, une levée de fonds est pour une PME l’occasion de formuler un projet et de l’exprimer clairement auprès d’une communauté d’investisseurs qui, pour certains, se connaissent et échangent régulièrement. Il s’agit donc d’un formidable outil de communication à ne pas négliger.

EDULIS valorise les projets et les PME elles-mêmes. La Plateforme les met en visibilité à travers sa communication digitale et les réseaux d’affaires des associés et des partenaires. De quoi faire d’une pierre deux coup : se financer et communiquer.

Posté par Philippe LAGARDE - Directeur général d'EDULIS

Capital investisseur (Sagard, Investessor), et banquier d’affaires (Deutsche Bank, Morgan Stanley, Croissance Partenaires), Business Angel, Philippe accompagne et conseille les Dirigeants dans le financement de leurs projets de croissance et leur réflexion stratégique. Directeur Général d'EDULIS, plateforme dédiée à l'investissement dans les Fonds Propres des entreprises de croissance. Ses expertises couvrent l’ensemble des enjeux liés au financement du développement et à la transformation des entreprises.